Indre-et-Loire

11,7% des Tourangeaux vivent sous le seuil de pauvreté

Un chiffre plus faible que la moyenne régionale et nationale mais qui révèle d'importantes inégalités.

L'INSEE vient de publier un nouveau rapport sur la pauvreté en France en se basant sur les revenus des ménages enregistrés en 2015. Cette étude confirme une tendance déjà démontrée par les précédents rapports de l'institut, à savoir que la région Centre-Val de Loire fait partie des régions françaises ayant la population la plus riche comparée à la moyenne métropolitaine.

En Indre-et-Loire 11,7% des ménages vivent en dessous du seuil de pauvreté. C'est moins qu'au niveau régional : le nombre d'habitants vivant sous le seuil de pauvreté y est passé de 12,3% en 2012 à 12,5% en 2013. À l'échelle nationale, ces chiffres sont supérieurs. En 2015, 14,5% des français vivaient en dessous du seuil de pauvreté.

Concrètement, cela concerne tout de même 70 230 ménages en Indre et Loire et 320 000 en région Centre-Val de Loire. Au total, ce sont 8,9 millions de français qui vivent en dessous du seuil de pauvreté, c'est-à-dire avec moins de 1 015 euros par mois. 8,9 millions de français sur 66,9 millions.

Une partie des personnes touchées gagne même bien moins que la somme définissant le seuil de pauvreté. 10% des ménages régionaux gagne moins de 937€ par mois. En Indre-et-Loire, cette moyenne est légèrement supérieure avec 960€ de revenu mensuel pour les 10% de ménages les plus pauvres. Au niveau national, la moyenne tombe à 886€.

Qui sont les plus touchés par la pauvreté ?

Les inégalités peuvent être très importantes au sein d'un même territoire. En région Centre-Val de Loire, ce sont les familles monoparentales les plus vulnérables avec 30,6% de ménages vivants en dessous du seuil de pauvreté. Les familles nombreuses sont elles aussi très exposées (23,7%). 21,6% des adultes de moins de 30 ans sont touchés. Les hommes seuls le sont d'ailleurs plus que les femmes avec 16,2% contre 13,2% pour les femmes.

La pauvreté est liée à la situation sociale mais aussi géographique. Une étude de l'INSSE datant de 2012 démontre que les situations sont très contrastées. La pauvreté est plus importante dans le centre des grandes aires urbaines et dans les territoires isolés, éloignés de l’influence des villes.

Axel Nadeau