Indre-et-Loire

La préfecture d'Indre-et-Loire ne veut pas du Teknival dans le département

Elle prend deux arrêtés préventifs.

Traditionnellement, pendant le week-end du 1er mai, des teufeurs de toute la France et d'Europe se retrouvent pour un grand Teknival, le plus souvent dans l'illégalité comme ce fut le cas l'an dernier à Pernay en Indre-et-Loire (60 000 personnes) où il y a deux ans dans le Loir-et-Cher.

Cette année, les organisateurs de l'événement ont tenté de faire les choses dans les règles en proposant un terrain dans le sud du département près de Chinon avant de jeter l'éponge faute de réponse des autorités. Malgré cela, la manifestation devrait bien avoir lieu, dans un lieu encore inconnu (en Touraine ou ailleurs), avec des dizaines de soundsystems.

Nos précédents articles sur le teknival

Pour tenter de dissuader les fêtards de revenir en Indre-et-Loire, la préfecture annonce ce lundi la prise d'un arrêté interdisant le transport de matériel de sono dans des véhicules de plus de 3,5 tonnes sur tout le département et même dans toute la région (à l'exception des camions du Printemps de Bourges), les rassemblements festifs de type rave party ou Teknival sont également interdits dans les 6 départements du Centre-Val de Loire cette semaine.

Les services de l'Etat rappellent que les organisateurs - pour peu qu'ils soient authentifiés - risquent 1 500€ d'amende, et la saisie du matériel jusqu'à 6 mois. Les participants du Teknival peuent aussi être sanctionnés. L'an dernier, ce dispositif répressif n'avait cependant pas découragé les équipes décidées à écouter du gros son pendant plusieurs jours et les forces de l'ordre ainsi que les secours avaient été forcés de s'organiser pour gérer au mieux l'afflux de visiteurs.

Voire notre article sur la culture du Teknival sur 37 degrés