Indre-et-Loire

Centenaire de la guerre 14-18 : une pièce sur un soldat fusillé à Ligueil

Soutenue par le ministère des armées, elle est présentée pour la 1ère fois ce week-end.

« Le 9 octobre 1915, à 10h27 du matin, le soldat Emmanuel Pairault de la compagnie 12/1 du Génie, condamné à mort la veille pour « abandon de poste en présence de l'ennemi », était fusillé à Duisans dans le Pas-de-Calais » : c’est de ce fait historique réel que s’inspire la pièce Emmanuel P. fusillé pour l’exemple présenté dès ce vendredi 16 février à Ligueil.

Écrite par Bernard Briais, mise en scène par Pascale Sueur, portée depuis 3 ans par la compagnie tourangelle Le Rêve à l’Envers (dont c’est la deuxième création après Monsieur Tout Seul), la fin de vie romancée de ce poilu français de 23 ans abattu alors que des témoignages de ses compagnons d’armes contredisent la version de l’état major s’annonce comme un spectacle choc, alors que l’on célèbre cette année le centenaire de la fin de la première guerre mondiale.

Tout est parti d’une archive retrouvée à Tours, les documents du procès attestant de la condamnation d’Emmanuel Pairault. En s’appuyant également sur des lettres de ses camarades, Bernard Briais a fait un travail d’historien pour rassembler des éléments sur cet homme qui a vécu à Loudun, notamment des courriers de ses proches tentant de le réhabiliter. Ensuite il lui a imaginé une famille : une femme, un enfant. Puis il a concentré son texte pour six comédiens sur un seul moment : le procès du soldat. « La pièce commence avec l’entrée du condamné sur scène en présence des témoins » précise Romain, de la Cie Le Rêve à l’Envers, rassemblant uniquement des bénévoles.

Après 15 jours de résidence à Ligueil, le spectacle est désormais prêt à être présenté, à des écoliers ce vendredi en Sud Touraine, puis au grand public ce week-end. Son montage a été long et pas si simple mais le projet s’est accéléré suite à l’intervention de l’ex sénatrice Stéphanie Riocreux qui a permis le déblocage d’une aide du ministère des armées, « il est également reconnu par le label Mission Centenaire ce qui peut lui donner une visibilité nationale » poursuit Romain.

« Pendant la création de cette pièce, petit à petit on a pris part de l’importance du projet, de sa gravité et du côté sombre. Cela fait maintenant un an et demi que l’on sait que l’on a quelque chose d’un peu rare entre les main. On s’intéresse à quelqu’un qui a été fusillé pour l’exemple, avec un peu d’injustice derrière, de la pudeur et de la gravité » détaille encore Romain.

 Olivier Collet / Crédit photos : Romain Dugast / Cie Le Rêve à l'Envers

Emmanuel P., fusillé pour l’exemple, samedi 17 février à 20h30 et dimanche 18 à 15h au Foyer Rural de Ligueuil.