Indre-et-Loire

La fibre optique pour 100% des foyers d’Indre-et-Loire en 2022

Les travaux vont commencer cette année.

Si vous vivez dans la métropole de Tours, vous avez peut-être déjà la fibre pour vous connecter à Internet. Dans la ville de Tours, 65% des foyers seront connectés d’ici la fin de l’année nous assurait-on récemment du côté de la mairie. Chaque mois, de nouveaux foyers sont équipés. A Bourgueil, Nazelles-Négron, Montrésor ou Avoine, rien de tout ça : on est actuellement à 0% d’habitants disposant de la fibre. Pour que ça change, et que ça bouge vite, le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire s’est associé avec son voisin du Loir-et-Cher, la région Centre-Val de Loire et les communautés de communes afin de monter un dossier qui ne coûte pas trop cher au contribuable.

Le partenariat a été officialisé ce lundi : les collectivités locales s’associent avec TDF qui va gérer le réseau fibre des deux départements pendant 25 ans, à l’exception des agglomération de Tours, Blois et Vendôme qui sont sous la coupe d’opérateurs privés. La première mission de TDF : équiper 300 000 foyers en très haut débit d’ici 2022, dont 180 000 en Indre-et-Loire. Ensuite, d’ici le début des années 2040, il devra relier au réseau chaque nouvelle construction, qu’elle soit dédiée au logement ou à des entreprises. Soit jusqu’à 400 000 installations de prises en plus de deux décennies, selon les estimations de hausse de la population dans le 37 et le 41.

Les travaux ne vont pas commencer dans l’immédiat : les premiers foyers devraient être raccordés d’ici la fin de l’année « puis les opérations vont s’accélérer à partir de 2019 » note le conseiller régional tourangeau Pierre Commandeur. Le budget est colossal : 480 millions d’euros (254 pour la Touraine). Mais en raison d’une forte concurrence entre les opérateurs, les collectivités ont réussi à faire baisser la facture. TDF va prendre en charge 89% de cette somme, soit environ 430 millions d’euros, le reste étant à la charge des communautés de communes, des deux départements et de la région (une trentaine de millions en Indre-et-Loire).

Naturellement, cette opération ne se fait pas à fonds perdus pour TDF qui touchera une partie du prix des abonnements vendus aux clients par les fournisseurs d’accès à Internet (SFR, Free, Bouygues ou Orange). Dans un premier temps, ce seront surtout les villes et les zones d’activité rassemblant des entreprises qui seront « fibrées ». Le calendrier des travaux sera disponible en février et en juin un site Internet permettra de savoir précisément à quel trimestre son logement ou sa société sera raccordée au très haut débit, simplement en indiquant son adresse.

« On démarre plus tard que d’autres départements comme l’Eure-et-Loir et le Loiret pour s’équiper mais notre plan est plus agressif, plus rapide. Notre objectif c’est 100% du territoire alors que eux visent 85% » ajoute Pierre Commandeur. A noter que les pouvoirs publics ont ajouté une clause d’insertion sociale dans leur contrat avec TDF. Cette dernière stipule que 30 équivalents temps plein doivent être assurés par des publics en difficulté comme des personnes au RSA.

Olivier Collet