Indre-et-Loire

La D943, future route d'intérêt régional ?

Le président de la région François Bonneau y est favorable.

Définie comme dangereuse, la D943 qui relie Tours à Loches puis descend vers Châteauroux fait régulièrement la Une de l’actualité tourangelle avec des accidents. Depuis un an, élus locaux, entreprises et riverains se mobilisent pour engager un plan de travaux (zones de dépassements, carrefours repensés...)

Gérée par le Conseil Départemental d’Indre-et-Loire, la 943 est la départementale la plus empruntée du département, plus encore que celle qui relie Tours à Chinon. 20 ans après avoir bénéficié d’un grand plan d’investissement, elle semble avoir bien besoin de nouveaux aménagements. Le président du département Jean-Gérard Paumier a qualifié ce dossier de « prioritaire ». Une concertation publique vient d'ailleurs de s'achever en attendant un plan de travaux à l'horizon 2020-2022.

(Re)lire notre article de la semaine dernière sur la D943

Le souci, c'est comment financer ces chantiers estimés à 15 millions d'euros. On entend souvent dire que la région pourrait mettre la main à la poche suite à un classement de cet axe en route d'intérêt régional... Ce mardi, le président du Conseil Régional François Bonneau (PS) s'est dit favorable à cette option dans une lettre aux élu(e)s locaux : "je suis favorable à un tel classement qui viendra reconnaître l’importance de cet axe à la fois pour les trajets quotidiens comme pour les itinéraires logistique et je proposerai à l’Assemblée régionale de valider ce classement souhaité par le Département d’Indre-et-Loire et les collectivités locales."

Dans le paragraphe suivant de son courrier, François Bonneau est très clair : "l’identification d’un équipement d’intérêt régional n’implique pas de financement par la Région. S’agissant d’un équipement routier, la compétence d’entretien des routes départementales est confiée aux conseils départementaux à qui il leur appartient de mobiliser les crédits pour la nécessaire sécurisation des itinéraires."

Pour justifier sa décision, déjà présentée à plusieurs reprises, l'élu socialiste indique que la région soutient déjà les départements de manière importante, notamment via le Très Haut Débit pour un accès Internet rapide partout. 3 millions d'euros ont aussi été investis pour les EPHAD d'Indre-et-Loire (des maisons de retraite). Il conclut : "la confusion des compétences et des responsabilités qui verrait la Région intervenir sur tous les domaines et correspondant aux responsabilités des Départements, condamnerait la Région à une dilution de son action contraire à l’efficacité de l’action publique. S’agissant du réseau routier, il appartient aux Départements en responsabilité, de conduire et financer les réalisations comme le fait la Région dans le domaine ferroviaire."

C'est dit avec des mots techniques mais en résumé : la région Centre-Val de Loire ne veut pas payer pour la D943, point final.