Indre-et-Loire

L’avenir du CEA de Monts confirmé pour de longues années

La fermeture n’est plus du tout d’actualité, selon le député Philippe Chalumeau.

Déjeuner important cette semaine à Paris : le député La République En Marche de Tours Philippe Chalumeau rencontrait François Geleznikoff, directeur des applications militaires. Au menu : l’avenir du CEA de Monts. Pour rappel, il y a deux ans, le site était menacé de fermeture et après une longue et intense mobilisation des salariés et des élus, le président François Hollande en personne était venu confirmer son maintien en activité.

Chef de file des députés de la majorité au sein de la commission Défense de l’Assemblée, Philippe Chalumeau a repris le dossier à son entrée en fonction cet été : « je voulais m’assurer que son maintien était bien stabilisé » nous explique-t-il. Il a donc mené plusieurs entretiens avec les salariés (en septembre) mais aussi avec la ministre des armées Florence Parly, dans le cadre de la préparation d’une loi de programmation de la politique de défense du gouvernement qui doit être votée l’an prochain et qui portera sur la période 2019-2025. 

Verdict : « la fermeture n’est plus envisagée, j’en ai obtenu la confirmation » note le député tourangeau. Une annonce validée « noir sur blanc » qui devra être confirmée l’année prochaine avec le vote du texte par les parlementaires (ce qui devrait être le cas, Philippe Chalumeau faisant partie de la majorité). En pointe pour la politique de dissuasion militaire de la France, le CEA de Monts voit donc son avenir s’éclaircir pour une longue période (au moins à l’horizon 2030, voire plus loin). De quoi envisager des projets de développement : il pourrait ainsi obtenir un label pyrotechnie, c’est en tout cas le souhait du député qui compte aussi sur l’implication de la région Centre-Val de Loire : « c’est important qu’elle investisse et fasse sa part. »