Indre-et-Loire

« Bulb in GET » : l’autre plateforme de financement des entreprises de l'est tourangeau

Un modèle présenté comme inédit en France.

Fabien Chauvet a 31 ans et il vit aux Hermites, une petite commune du nord du département d'Indre-et-Loire. En 2015, il crée chez lui une entreprise de réparations en tout genre et de reconditionnement. Le projet a du succès et Fabien veut acheter un local à Château-Renault. Refusé par les banques, mais très dégourdi, il rebondit sur l’aménagement d’un camion équipé qui lui permet de se déplacer chez ses clients. Nouveau succès. A tel point que son véhicule est déjà trop petit. Accompagné par les élus de sa commune, il lance un appel à financement participatif dans le but d’acheter un "Réparetout bus" Il veut agrandir son espace de travail et « proposer des formations et des animations dans les écoles ou sur les marchés. »

Ce projet est le premier d'une nouvelle plateforme locale - la première de ce type en France - créée par l’entreprise Tudigo et financée par les 4 communautés de communes du Grand Est Touraine (Amboise, Château-Renault, Montlouis-Vouvray et Bléré). Les 4 entités mutualisent leurs moyens sur plusieurs opérations depuis 2 ans et ont inauguré cette plateforme à l’occasion du second networking (« mise en réseau » en bon français) ce mardi 26 septembre. Coût de l’opération : 10800€ la 1ère année puis frais de maintenance pour la suite.

Une deuxième plateforme locale

« Bulb in Grand Est Touraine » rappelle la plateforme lancée par la CCI Centre Val de Loire « Bulb in Centre ». Un doublon ? La différence d’échelle justifie l’investissement, selon Stéphane Vonnière, co-créateur de Tudigo, aux commandes de ces 2 plateformes : « on pourratravailler de manière encore plus proche avec les entrepreneurs et avec les habitants. » Avec plus de 5 000 entreprises et 40 000 emplois salariés, Grand Est Touraine est le deuxième bassin économique du département après la métropole,de Tours. Il y a de quoi faire.

« C’est le bon moment », affirme Jean Chapouthier, président de l’ERET (Entreprendre et Réussir dans l’Est de la Touraine) « il y a une prise de conscience, au niveau des habitants, des difficultés des entreprises. » Selon Vincent Garcia, président du Geida (Groupement des Entreprises du Val d'Amboise), outre les apports financiers, ces projets collaboratifs « impliquent la population dans l’essor économique local. »

Véritable levier auprès des banques pour se faire entendre, ils ont en plus la qualité de tester le marché avant de se lancer.

Des porteurs motivés

Les projets seront sélectionnés par les services du développement économique de chaque communauté de commune grâce à un logiciel spécifique pour évaluer la viabilité du projet. Les critères de sélection sont d’abord l’ancrage local et surtout « la motivation du porteur », martèle Stéphane Vonnière, « la clé de la réussite. »

Fabien Chauvet, premier entrepreneur accompagné dans sa campagne de financement participatif, a imaginé avec Tudigo des contreparties pour les donateurs : offre de la main-d'œuvre, réparations gratuites, cours ou formations et pour les pros, des emplacements publicitaires sur le bus. Très confiant, cet autodidacte habile affichait un montant de 225€ dès la fin de la première journée.

Dorothée Briand