Indre-et-Loire

La grande fête metal de la rentrée c’est le M Fest

Le festival de La-Ville-aux-Dames accueillera des Grecs ou des Anglais. Il proposera aussi sa propre bière.

Samedi 16 septembre, les amateurs de metal de Tours et de toute la région ont rendez-vous à La-Ville-aux-Dames. Cette année encore, c’est à la salle Maria Callas que le M Fest va poser ses enceintes. C’est là que son histoire a débuté, c’est aussi là qu’il est revenu après avoir connu quelques grosses difficultés…

Président de l’association organisatrice, Damien se souvient des débuts : « c’était en 2009, on avait tout juste 20 ans. Comme un peu partout, on a constaté qu’à Tours il n’y avait pas vraiment de structure existante dédiée au metal extrême. On a donc créé une association sous l’impulsion de Ronan Delaunay, on a mis deux ans à se faire la main et on a lancé la première édition du festival en 2011. Il y avait 200 personnes, on avait un petit budget, une demi-douzaine de groupes sur scène. C’était pour prendre la température, se faire la main. »

1 500 festivaliers mais 15 000€ de déficit en 2015

Séduite par le projet, la municipalité de La-Ville-aux-Dames a tout de suite dit oui aux metalleux, et approuvé une deuxième édition dans la foulée : « ils nous ont fait confiance, voyant cela comme un événement ambitieux et original » se souvient Damien. L’année suivante, l’affluence double. Mais en 2013, la salle n’est pas disponible : « du coup on déménage à Rouziers-de-Touraine, aux Quatre Vents. En 2015, nous y avons accueilli 1 500 personnes sur deux jours, avec une majorité de groupes internationaux. » Mais ce qui sonne comme un succès est en fait une grosse désillusion pour les bénévoles…

« C’était le festival idéal, exactement ce que l’on voulait faire. Sauf qu’on était mal préparés. On manquait de connaissances, on était naïfs. A cause du romantisme de notre politique, notamment des billets à tarif réduit, on a mal calculé les coûts et on s’est retrouvé devant un très gros déficit de 15 000€ sur un budget initial de 50 000€. Heureusement, notre banque nous a soutenu pour nous accorder des délais de paiements exceptionnels, on s’est endetté auprès de nos proches pour payer les factures car on ne voulait pas faire de prêts. »

Pour 2017, 700 personnes attendues et un grand camping gratuit

Ces difficultés auraient pu entraîner la mort du festival, mais il a fini par sortir la tête de l’eau. Oublié Rouziers, « où l’on ne voulait plus se battre auprès du seul élu qui n’approuvait pas le projet du festival », et retour à La-Ville-aux-Dames pour 2016 : « c’était hors de question de mettre la clef sous la porte d’autant que l’on a reçu d’énormes témoignages de soutien de notre public, de professionnels du métier ou d’agents de production. C’est le seul festival de cette ampleur dans la région, c’est donc un sport à défendre » se remémore Damien.

S’attendant à accueillir autour de 350 personnes, le M Fest de l’an dernier en a finalement vu passer 500 sur la journée : « forcément, les finances étaient au rendez-vous et cette année on devrait avoir fini de rembourser nos dettes auprès de nos familles » espère le président de l’association qui porte l’événement.

Soutenu par la mairie, la communauté d’agglomération de Montlouis (CCET) et le département, le festival mobilisera 40 bénévoles pendant le week-end : « on aura un camping gratuit juste à côté du site, avec un poste de secours, des toilettes sèches… Et il sera accessible dès le vendredi soir. » Le top pour ceux qui viennent de loin (Angers, Nantes, Poitiers voire Pau) ou pour les Tourangeaux qui veulent éviter de rentrer en voiture après une bonne soirée.

9 groupes sur scène et 3 en acoustique, des produits locaux au bar

« Cette année, on a une jauge de 700 personnes » indique Damien : « on a prévu un espace d’expression et de vente à l’extérieur de la salle de concert pour agrandir l’espace. Il y aura vente de t-shirts, CD… On va installer un Chillarium, une grande terrasse d’herbe avec de l’ombre et du soleil ou encore des transats pour se détendre. On va organiser des concerts en acoustique ou des jeux à la con pour gagner des petits cadeaux. » Au bar, grande nouveauté : une bière « haut de gamme » spécialement brassée à La-Ville-aux-Dames pour le M Fest sera versée dans les pintes (ou vendue en bouteille pour le souvenir) et une bonne partie des repas viendront de producteurs ou de commerçants du secteur de Montlouis.

Sur le site, les concerts débuteront à 14h et il y aura des animations jusqu’à 2h du matin : « on a une moyenne d’âge de 30 ans, ça fait 12 ans que l’on pratique les festivals. On n’a pas envie de courir entre les concerts. On veut avoir le temps de regarder ce qu’il y a autour et c’est ce que l’on va proposer aux spectateurs. Notre force, c’est notre accueil comme lorsque l’on offre une bouteille de vin d’ici aux groupes étrangers. Ca, et le fait de leur proposer un bon lit après, ça les motive pour des concerts encore plus survoltés. Du coup ça nous fait une bonne réputation, notamment auprès des groupes qui viennent d’Angleterre. »

Des projets de soirées metal dans l'année

De quoi permettre au M Fest de s’offrir presque qui il veut : « on commence à bosser sur la programmation à l’automne. Cette année, le budget du festival est de 21 000€ contre 14 000€ en 2016. Certains groupes, on met plusieurs année à les faire venir. On a déjà mis une option pour certains d’entre eux qu’on voudrait avoir en 2018 par exemple. Au programme : 9 groupes dans la salle et 3 dehors, un trio d’artistes tourangeaux qui seront aussi sur le parvis la veille, vendredi 15, pour une soirée découverte suggérée par la municipalité : «  ce sera gratuit, pour s’adresser aux gens curieux qui n’ont pas forcément envie de payer mais veulent savoir comment ça se passe » explique Damien. Pour la soirée du samedi, les pass sont en prévente à 34€ au Buck Mulligan’s à Tours ou sur le net (+0,50€ de frais).

Et pour la suite ? « L’an prochain, on fera autre chose pour le M Fest » promet d’ores et déjà Damien qui espère aussi faire éclore d’autres projets de soirées metal dans le courant de l’année, mais ce n’est pas facile : « à Tours il n’y a que le Temps Machine pour organiser ce type de concerts et il faut s’y prendre très en avance, ce n’est pas facile. On cherche donc des lieux pour 250-300 personnes. Ce n’est pas facile de grossir mais on n’exclut rien. »

Olivier COLLET

Les groupes attendus le samedi 16 septembre au M Fest (les commentaires sont de l'équipe du M Fest) :

Le vendredi soir et le samedi en befor : Need, Elefent et Hearts On The Run (infos en détail sur cette page Facebook).

>> Rotting Christ

Vétérans de la scène black metal grecque, le groupe s'est formé en 1987, à Athènes.

Les rythmiques martiales, propres et clairment identifiables dans la musique de ROTTING CHRIST, ainsi que les élans incantatoires éructés par le charismatique Sakis plongent la fosse dans une transe et électrise les foules !

>> MALEVOLENCE

Originaire de Shefield, Malevolence trace sa route depuis 2010 et déjà 2 albums qui ont bien marqués les esprit,

Le groupe propose un metalcore s'articulant entre son penchant hardcore/B-down très prononcé et un penchant sludge, groove et southern rock Down-esque. Entre le blues de Pantera et la fureur culturiste de Nasty.

>> The Great Old Ones :

TGOO est un groupe dont les lives sont une expérience unique, à 3 guitares sur scène, le groupe façonne un son massif, ultra chargé harmoniquement, totalement « perchant » pour un rendu atmosphérique splendide et dont la beauté est d’autant plus saisissante qu’elle est complexe. Un groupe immanquable pour une trance sous naphtaline qui marque dans la peau.

>> Unfathomable Ruination :

Les Londoniens d'UR font parti de ces perles incontournables de la scène death-technique underground (aux côtés de WORMED et autres groupes inspirés qui s'éloignent de la gangrène générique qui plombe la scène).

>> Ultra-Violence :

Leur album est une tarte qui file comme une détonation, laisse peu de répit mais donne l’envie de faire tourner l’album en repeat. On vous implorerait presque de l’écouter tant ceux qui ne connaissent pas et qui seraient amateurs de thrash ne peuvent le regretter. Le groupe pourrait sembler ne pas être un élément central de l’affiche et pourtant nous pensons que c’est un immanquable et clairement une magnifique surprise à ne pas négliger.

>> D E L U G E :

Tout est dans le nom. Pas de posture ni de faux semblants. La musique de DELUGE est un déchaînement d’éclairs, d’orages et de pluies continues formants la sombre tempête qui précède l’accalmie et la sérénité.

Un groupe dont la réputation n’est plus à faire pour une musique qui se réinvente sans cesse.

>> DYSMORPHIC :

D’une précision redoutable en live et d’une richesse inouïe, le quintet interprète des compositions tourmentés et progressive, une véritable salade de riff et de torgnoles aligné au moyen d’une technique de pointe. Nous attendons impatiemment le grand retour de Dysmorphic sur la scène du Mfest 2017, suite à leur passage dans le même lieu en 2012.

>> WARMACHINE :

Vainqueur du tremplin et représentant du vote public, les Angevins de Warmachine ont une expérience de la scène qui ne trompe pas. Gros charisme, grosse présence, attitude rock’n’roll bien baveuse, le groupe nous emmène sur les terres de la Nouvelle-Orléans et de sa scène heavy, sludge et stoner.

>> SKEPTIKON :

2ème vainqueur du tremplin Mfest 2017 et représentant du vote jury, SKEPTIKON est un projet singulier qui propose un black-death furieux, technique, ultra-structuré et qui en dépit de sa constante recherche, ne perd jamais en efficacité.

Plus d'infos sur le site du M Fest.