Chambray-lès-Tours

Tram, écoquartier, fibre optique... Les grands projets pour l'avenir de Chambray-lès-Tours

Le maire de la ville présentait ses vœux mercredi soir.

A Chambray c'est la tradition : le maire et son épouse accueillent les invités des voeux un à un. Avec un air de harpe celtique et de flûte en prime pour débuter cette année 2019 Salle Yves Renault, un centre culturel rempli pour évoquer une dernière fois les événements de 2018 - via une vidéo - puis évoquer les ambitions de la commune.

Le projet d'avenir le plus marquant pour Chambray c'est la ligne 2 du tram : le plan du tracé a été projeté sur grand écran avec notamment la confirmation du passage des rames par le futur hôpital Trousseau. Le chantier commencera en 2022 pour une mise en service en 2025. "C'est un formidable projet et une opportunité extraordinaire de la commune" précise Christian Gatard.

Après l'arrivée du 100% bio à la cantine, un autre projet environemental se concrétise : l'Ecoquartier de la Guignardiére. La construction de la maison de quartier va débuter cette année tout comme les études architecturales pour le château de la Branchoire dans le but de commencer les travaux en 2020. Les grands gagnants sont sans nul doute les sportifs de l'USC, l'AGC, et le CTHB qui verront leur cadre d'évolution grandement amélioré avec l'agrandissement du gymnase de la Fontaine Blanche, mais également une augmentation substantielle de leur subvention à l'USC : +10.000€. Quant au CTHB qui avait une subvention de 183.000€ avec une part communale de 129.000€ et une part de la métropole de 54.000€, la proposition du conseil municipal est de la faire atteindre 190.000€ pour 2019.

Concernant Internet, 75% des foyers auront la fibre en fin d'année contre environ 60% actuellement.

Sur le volet financier, le maire chambraisien a annoncé la poursuite du désendettement. Les 11 millions d'investissement programmés en 2019 seront financés sans recours à l'emprunt. La dette a considérablement baissé entre 2001 et 2019. Le capital de la dette à rembourser sera de 566.000€ alors qu'il était de 2.570.000€ en 2001. Il n'y aura pas de hausse des tarifs municipaux ni des taux d'imposition des taxes locales en 2019 et ce pour la 10ème année consécutive.

En conclusion, Christian Gatard a dit qu'il était "urgent que nos gouvernements s'inspirent de l'échelon local pour imaginer une société plus verte plus équitable et surtout plus humaine."

Roger Pichot