Chambray-lès-Tours

Une délégation mexicaine au lycée Ste Marguerite de Chambray

Un groupe de jeunes mexicains est présent à Tours depuis une semaine dans le cadre d’un échange. Rencontre.

Labellisé « E3D » (Etablissement en Démarche globale de Développement Durable) en 2016 par le Ministère de l’Education Nationale pour 3 ans, le groupe Saint-François d’Assises (dont le lycée Ste Marguerite de Chambray fait partie) s’engage à réaliser des actions de développement durable. Tri systématique par tous ou encore gestion de la tonte pour favoriser la biodiversité en font partie.

Guanajuato, ville d’environ 70 000 habitants nichée au cœur du Mexique, rencontre des problèmes d’eau potable chroniques. Le niveau lycée n’existant pas au Mexique, l’université de la ville a sollicité Sainte-Marguerite pour réaliser cet échange avec une même classe d’âge que leurs élèves. Trois objectifs ont été fixés par les deux établissements dans une Convention pour 5 ans : le séjour linguistique et culturel, l’apport d’une expérience de l’international aux étudiants et l’engagement dans une démarche écologique.

Un voyage sur le thème de l'eau

Après 2 ans de pourparlers, le premier groupe est arrivé le 16 octobre pour 15 jours. Comme dans tout échange classique, ils logent dans des familles tourangelles, participent à certains cours et visitent la région. La particularité, c’est le fil rouge de ces sorties : « l’eau ». Sensibilisation à la biodiversité ligérienne et visite de la station d’épuration de Pont Cher ont été programmés.

Pour Gadiel Rodrigues, enseignant mexicain en français, l’intérêt est de mieux connaître les infrastructures françaises, « à Guanajuato, il n’y a pas de bon accès à l’eau potable dans la ville, cet échange nous enseigne sur les structures françaises. L’eau est un vrai problème au Mexique, et nous devons adapter ce que nous voyons ici pour améliorer les choses. »

Un projet interdisciplinaire

Pour Françoise Bricout, adjointe de direction, cet échange est un des pans de la démarche de l’établissement qui veut à la fois affirmer son engagement pour le développement durable et s’ouvrir à l’international. « On veut développer des éco-citoyens de demain, responsables et respectueux de leur environnement. »

En février, ce sont huit élèves de Première qui s’envoleront pour le Mexique, un voyage par an est prévu dans la convention. Toutefois, au lycée, tous les étudiants sont amenés à participer à l’expérience. Les  élèves en design graphique ont ainsi lancé une campagne Ulule pour aider les familles à financer le billet d’avion, et ce sont les assistants manager et communication qui ont rédigé les courriers et organisé la soirée de l’échange (photo).

Dorothée Briand