Centre-Val de Loire

« L’avenir du clivage politique c’est l’écologie ou le nationalisme »

Europe Ecologie Les Verts lance sa campagne des Européennes en Centre-Val de Loire.

En mai il y a plein de bons week-ends à se faire grâce aux ponts et puis il y a les élections européennes, le dimanche 26. Tous les 5 ans, ce scrutin sert à renouveler le parlement européen de Strasbourg qui se prononce sur des sujets comme l’agriculture ou l’économie. La France y envoie 79 élus et cette année les listes ne sont plus régionales mais nationales. Pas encore bouclées, elles commencent à de dessiner.

Chez les écologistes, Yannick Jadot occupera la 1ère position. Un temps candidat à l’élection présidentielle, il prend la tête d’une campagne qui a tendance à réussir au parti EELV… Avec un peu moins de 9% lors du précédent scrutin (7% en Centre-Val de Loire), il s’était hissé en 5ème position obtenant 6 sièges. Le contexte est favorable : les questions environnementales font de plus en plus souvent la Une, 2 millions de personnes ont signé une pétition pour attaquer l’Etat en justice en raison de son inaction climatique et les Marches pour le Climat se multiplient avec un certain succès. « L’Europe est un élément de la solution » estime François Thiollet, élu à Blois et pour l’instant 9ème de la liste nationale.

Parmi les grands thèmes de campagne : l’agriculture

2 à 3 personnalités ligériennes devraient figurer dans l’équipe d’Europe Ecologie Les Verts pour ce scrutin au sein « d’une liste de rassemblement écologiste » expliquent quelques candidats réunis à Tours mercredi soir après un séminaire de travail de deux jours. Leur objectif : amener le plus possible la question de l’écologie dans le débat, même si pour l’instant celui-ci est très centré autour des sujets sociaux, crise des Gilets Jaunes oblige. Le Francilien Mounir Satouri ne désespère pas : « on arrive à porter la question européenne lorsqu’on débat avec les Gilets Jaunes. Pas au bout de 3h, mais après 10 minutes de discussion. Il faut poser cette question, ne surtout pas l’éviter. » Pas simple alors que cette élection est celle qui ennuie le plus les citoyens français (55% d’abstention régionale en 2014).

EELV compte faire campagne via des réunions régionales fréquentes : « les décisions sur le climat se prennent au niveau européen mais elles s’appliquent aux territoires à l’échelon régional » justifie Guillaume Cros, un autre candidat venu d’Occitanie. Parmi les sujets qui seront abordés selon lui : l’agriculture… « Il faut remettre à plat le système d’aide. Aujourd’hui 50% d’entre elles sont touchées par 3% des exploitants, ceux qui ont le plus de surface. Et cette remise à plat ne peut se faire qu’au niveau européen. Revenir au niveau national c’est absurde. » « L’avenir du clivage politique c’est l’écologie ou le nationalisme » assène le militant en ciblant le Rassemblement National.

Olivier Collet