Centre-Val de Loire

VIH : 101 nouveaux séropositifs en 2017 en Centre-Val de Loire

L'Indre-et-Loire est le département le plus touché.

La région Centre-Val de Loire est, après l'Île de France, la 2ème région française où l'on détecte le plus de nouveaux cas de VIH : 2,3 tests de séropositivité sur 1 000 sont positifs dans notre région selon Santé Publique France. Ainsi, d'après le groupement des centres de dépistage du VIH et des maladies sexuellement transmissibles qui vient de publier son dernier bilan, 101 personnes ont été dépistées au cours de l'année 2017, elles sont notamment originaires d'Afrique sub-saharienne (44%) ou homosexuelles (29%).

En Centre-Val de Loire, l'an dernier, 2 847 patientes et patients étaient suivis pour une infection par le VIH, même si tous n'en sont pas au stade du Sida. Ce chiffre a progressé de 6,7% en un an, et il faut aussi savoir que 18% de ces malades ont plus de 60 ans.

Le problème des professionnels de santé c'est aujourd'hui de dépister celles et ceux qui sont infectés par le VIH mais ne le savent pas encore, afin que ces patients puissent suivre un traitement. Selon les estimations, 850 personnes ignorent leur séropositivité dans nos 6 départements, "un chiffre particulièrement élevé" selon les médecins et c'est en Indre-et-Loire qu'il y aurait le plus de cas encore non découverts : près de 400, environ 230 dans le Loiret.

Afin de limiter les risques, les centres de dépistage souhaitent donc poursuivre leurs efforts pour appeler à venir faire le test mais aussi pour prescrire des traitements préventifs (PrEP) à certaines personnes : 200 participent déjà à ce programme en Centre-Val de Loire.

L'objectif duu COREVIH de la région est qu'à l'horizon 2020, 95% des personnes séropositives soient au courant de cette infection (78% aujourd'hui), que la quasi totalité d'entre elles soient sous traitement afin de rendre leur charge virale durablement indétectable.