Centre-Val de Loire

Nucléaire : la région Centre-Val de Loire ne veut pas devenir une "poubelle"

Elle craint la création d'une piscine de déchets nucléaires dans le Cher.

Cette semaine, le site Reporterre a annoncé que la centrale nucléaire de Belleville-sur-Loire dans le Cher faisait partie des endroits privilégiés par EDF pour y installer une piscine permettant de refroidir des combustiles nucléaires usagers, vu que le site de La Hague arrive à saturation.

Comptant plusieurs centrales (dont celle de Chinon en Indre-et-Loire), notre région est au coeur du dispositif nucléaire français, qui fait vivre une partie non négligeable de son économie, dans des secteurs globalement ruraux. Pourtant, ce vendredi, le président de la région Centre-Val de Loire s'insurge vivement contre l'hypothèse de la création de cette piscine dans la région, même si aucune décision officielle n'est prise pour l'instant selon EDF ou l'Agence de Sûreté Nucléaire (qui vont bien devoir trouver un lieu, même si à priori ça risque de ne faire plaisir à personne car ces déchets sont dangereux et longs à se désagréger).

Au-delà du projet en lui-même, le président PS de la région François Bonneau critique la méthode : "l’ensemble des élus locaux découvrent avec stupeur cette éventualité sans qu’à aucun moment un débat pourtant nécessaire et légitime n’ait été engagé."

Selon l'élu, "un tel projet pose légitimement des questions en matière d’impact socio-économique, de sécurité, de risque sanitaire et de santé", il compte donc proposer à tous les groupes politique du Conseil Régional "de montrer leur totale opposition au projet de création d’une piscine d’entreposage de déchets nucléaires en région Centre-Val de Loire" au cours de la session prévue ce jeudi 21 février.

"Notre région, classée au patrimoine mondial par l’UNESCO ne devienne la poubelle nucléaire de la France. Je proposerai que nous soyons reçus dans les meilleurs délais par le Ministre de la transition écologique et solidaire pour lui signifier notre absolue opposition à ce projet. Au-delà, je demanderai à ce que nous disposions de tous les éléments de la part d’EDF comme de l’Autorité de Sécurité Nucléaire. Enfin, j’engagerai toutes les collectivités infrarégionales – départements, communes, intercommunalités et Pays – à prendre part  à une  démarche collective, car dans un dossier tel que celui-ci, il nous faut être forts et unis pour peser sur des décisions nationales particulièrement menaçantes" souligne encore François Bonneau.