Ailleurs

Les clés pour un week-end réussi à Bordeaux

Avec le TGV, la capitale girondine est à moins de 2h de Tours.

On en a tellement parlé ces derniers mois avec le feuilleton autour de l’inauguration de la ligne à grande vitesse Tours-Bordeaux que la ville a attisé notre curiosité… Aujourd’hui, embarquement immédiat pour Bordeaux ! A moins de 2h de St-Pierre-des-Corps en TGV (1h38 même dans certains cas, 1h50 le plus souvent), la métropole bordelaise s’est rapprochée de la Touraine depuis début juillet. Vaut-elle le détour ? Oui, et plutôt deux fois qu’une.

Les incontournables de Bordeaux…

La première chose que l’on peut vous conseiller de faire, c’est tout simplement de marcher dans le centre-ville. Il y a naturellement la Rue Ste Catherine, la grande artère commerçante bordelaise, mais aussi la Place de la Victoire, celle des Quinconces avec son monument des Girondins… Si vous ne voulez pas trop marcher, en plus des bus ou du petit train, il y a des visites guidées en vélo-bus électrique.

Au cours de la balade, vous ne pourrez pas manquer les portes : celle de Bourgogne est l’une des plus remarquables. Non loin de là, il y a la Grosse Cloche (qui se visite) ou encore la très élégante Porte Cailhau. Prenez ensuite le temps de déambuler dans les ruelles, à l’ombre des grands murs, là où les voitures ne sont pas trop présentes. Vous croiserez sûrement ces étranges statues d’hommes nus toutes identiques, disséminées un peu partout. Vous pourrez aussi tomber sur quelques chouettes boutiques comme Serendipity, magasin de curiosités où l’accueil est particulièrement chaleureux (il y avait un atelier couture le jour de notre passage).

L’une des grandes attractions de Bordeaux, c’est le miroir d’eau. Face à la majestueuse Place de la Bourse, sur les berges du fleuve, il est noir de monde dès que le Soleil chauffe. Certains se contentent de se rafraîchir les pieds, d’autres se roulent dans les quelques centimètres d’eau du parvis… Quand le soir tombe, la brume humide qui s’échappe du sol est idéale pour faire de belles images…

Poursuivez ensuite votre promenade en aval ou en amont au bord de l’eau. Le soir, de nombreux jeunes se retrouvent là pour pique niquer, prendre l’apéro ou jouer de la musique. Ambiance assurée ! Si vous voulez plus de calme, rendez-vous à l’ombre des quais de l’autre côté de la Garonne, après avoir photographié le Lion Lilas situé au bout du Pont de Pierre. Vous pouvez traverser à pied, à vélo, en tram voire en bateau. Pour le prix d’un ticket de bus il fait la navette depuis la Place de la Bourse jusqu’à la Cité du Vin, et même au-delà.

Si vous avez le temps, optez pour un détour au Jardin Botanique (très minéral, mais apaisant) ou au Jardin Public (jusqu’à début septembre, des rendez-vous « open air » de musique électronique y sont organisés le dimanche, un peu comme Les Ilots Electroniques de Tours). Le dimanche matin, allez au Marché des Capucins, au marché situé sur les quais face au musée d’art contemporain, et surtout au Marché aux Puces de la vaste Place St Michel.

Que visiter à Bordeaux ?

Juste à côté de la grande cathédrale Saint-André, on peut monter au sommet de Pey-Berland (66m de haut, 6€). Côté musée, notre curiosité nous a dirigé vers le CAPC, le musée d’art contemporain. Aménagé dans un ancien entrepôt où l’on stockait les denrées coloniales, il est majestueux. Le bâtiment y est pour beaucoup. Lumières sombres, jeux de couleurs et œuvres surprenantes animeront votre parcours. Il y a deux expositions à chaque étage.

Nous avons aussi visité la fameuse Cité du Vin avec son architecture flamboyante. Actuellement, une exposition autour de la Géorgie, berceau de la vitiviniculture, permet de découvrir les origines du travail de la vigne il y a plus de 8 000 ans, avec des objets archéologiques très rares. A l’étage supérieur, muni de votre audioguide, vous pourrez découvrir tous les secrets de la vigne, du vin et des vignerons (les traditions du Moyen Âge, l’importance des sols, l’histoire du rosé…) avec des installations hi-tech. Votre visite s’achèvera au 8ème étage avec un verre de vin (de France ou d’ailleurs) et un très beau panorama.

Si vous êtes en quête d’originalité, on vous conseille aussi la visite de Darwin Eco Système. Comme le musée d’art contemporain, avant, il y avait des entrepôts à cet endroit. Aujourd’hui, c’est un espace de coworking où travaillent 500 personnes. Il y a un restaurant bio, une épicerie bio, un skate park géant, une cinquantaine d’associations y ont leurs activités, des demandeurs d’asile y sont hébergés, la Bière de la Lune est brassée à deux pas, une recyclerie s’occupe de revaloriser les déchets d’une vingtaine de restaurants…

On estime que 500 000 personnes se rendent sur ce site chaque année, le festival écolo Climax y aura lieu du 7 au 10 septembre avec Kungs, Pete Doherty, La Femme… On a du mal à se dire qu’une grande partie de ce site qui a aussi beaucoup servi à l’armée sera bientôt démoli pour accueillir immeubles et bureaux. Plusieurs de ses acteurs espèrent donc qu’une grande partie des projets nés sur les lieux depuis 2010 trouveront un moyen de perdurer… A noter que des visites guidées sont organisées régulièrement (il faut réserver sur Internet, d'autres visites insolites sont proposées).

Terminons en vous conseillant un détour par la Maison Écocitoyenne de Bordeaux, quai Richelieu. Jusqu’au 27 août on y apprend plein de choses sur la mode écoresponsable. Par exemple : 25% des produits chimiques utilisés pour l’agriculture sont déversés dans les champs de coton. Et pourtant, la culture du coton c’est seulement 2,5% de la surface agricole mondiale. L’occasion ensuite de faire un peu de shopping dans la ville avec des boutiques qui mettent en avant le made in France, les créateurs locaux ou les vêtements bio. On en cite quelques unes : Being Human, LABL (sur le web), Ekyog, Richy’s, Ex Aequo…

Autre expo : jusqu’au 25 octobre, retour sur les découvertes archéologiques faites le long de la LGV Tours-Bordeaux au Musée d'Aquitaine.

Où manger à Bordeaux ?

On a découvert un tout nouveau restaurant qui vient d’ouvrir et dont la terrasse est extraordinaire. A l’ombre des vieux murs du centre-ville, vous pourrez déguster des ravioles aux trois fromages, du cochon noir du gers, du Spritz bordelais (lillet rose, crémant de Bordeaux et soda), des tapas, des cocktails… Comptez une vingtaine d’euros pour un repas, l’accueil est charmant et l’équipe de service super classe en pantalon noir et chemise bleue. Le nom de l’endroit : Frida.

Si vous voulez faire honneur aux produits locaux, rendez-vous à Belle Campagne ou La Cagette. Pour des viandes, des tapas, des cannelés salés (oui, oui) et du bon vin, direction Le Lion Lilas. Kitchen Garden pour la cuisine végétarienne, c’est sympa aussi. Pour boire de bonnes bières et manger bio : Le Nouveau Monde. Un dernier conseil : RE-SER-VEZ (on vous aura prévenu).

Olivier COLLET