Ailleurs

La vie londonienne à portée de Tours

On a traversé la Manche pour une cure d’art moderne, de rock et de gros nuages gris.

Que faut-il mettre dans son sac avant de partir à Londres ? Un parapluie, de bonnes chaussures, des bouchons d’oreille, votre appareil photo et – pourquoi pas – vos fringues les plus colorées. La capitale britannique est un carrefour de cultures, de curiosités et d’aventures accessible en 1h30 par avion depuis la Touraine (la phrase vaut aussi dans l’autre sens, il y avait d’ailleurs beaucoup de touristes Anglais à bord). On peut y aller comme ça, à l’aventure, pour un week-end, une petite semaine ou plus si affinités. Parfois, les prix sont si bas que le bus ou le train vous emmenant de l’aéroport de Stansted au centre-ville coûtera plus cher que le vol.

L’idée aujourd’hui : vous donner quelques billes pour profiter de votre séjour, sans être exhaustif (c’est impossible) et en essayant de sortir (au moins un peu) des sentiers battus.

Peut-on aller à Londres sans voir Big Ben, le Tower Bridge, Hyde Park ou Buckingham Palace ? Oui, mais si c’est votre première fois ce serait quand même dommage. Parce que le son de la première est beaucoup plus agréable que celui des gouttes de pluie sur votre capuche ; parce que la vue depuis le haut du second avec un panorama idéal sur la City, la Tamise et le tumulte de la ville vaut de lutter contre son vertige ; parce que si un rayon de Soleil pointe son nez, une balade dans le troisième aux côtés des écureuils est relaxant et parce que le dernier vous permettra d’avoir l’impression d’être tout près de la couronne (la relève de la garde, c’est à 11h30).

On ne vous l’apprend sans doute pas mais on le rappelle quand même : Londres est cher (surtout pour dormir), d’autant qu’une livre (1 pound) c’est bien plus qu’un euro. Pour Tower Bridge, c’est 9£80, pour Buckingham, Tower of London ou le musée de cire Mme Tussaud c’est plus de 20£ (réservez sur Internet le plus possible, les réductions sont nombreuses !)… Bref, à moins d’avoir du temps et un budget illimité, vous ne pourrez pas tout faire. Préparez donc bien votre programme à l’avance d’autant que la capitale est immense. D’ailleurs, conseil : prévoyez toujours une option de repli en cas de temps vraiment pourri, ça aide à ne pas miner le moral (cette option pouvant se résumer à une tasse de thé avec un cupcake vanillé chez Primros Bakery à Covent Garden après en avoir visité le marché couvert, par exemple).

Vous le lirez aussi partout et ce n’est pas un hasard : si vous comptez bouger dans tous les quartiers de la ville, prenez à l’avance une carte de transport magnétique (l’Oyster Card qui a le nom d’une huître mais n’en a pas l’odeur pour ceux qui sont réfractaires à cette gourmandise marine). Pour 4 jours de bus et métro en illimité, comptez ainsi environ 30£ par personne. De quoi vous offrir des escapades un peu en dehors du centre-ville avec ses groupes de touristes armés de ces satanées perches à selfies.

A Shoreditch, vous admirerez donc du street art à tous les coins de rue après avoir fait une pause au Cereal Killer Café (où l’on vous propose des « cocktails » à base de céréales du petit déjeuner + chantilly, par exemple). En redescendant vers le sud, il vous faudra une demi-heure à pied pour rejoindre la Tamise (sur la route, vous croiserez deux restaurants presque voisins sur Brick Lane : Aladin puis Jasmine). Si tout ça fait un peu loin pour vous, accordez-vous une pause dans le café situé dans la crypte de l’église Christ Church Spitalfields. Moins connu que d’autres établissements situés dans des édifices religieux londoniens, il n’en est pas moins original, calme et appétissant.

A propos de manger, Londres n’est pas toujours réputée pour sa scène culinaire, même si de l’avis général ça progresse. Il faudra souvent chercher un peu pour éviter les burgers fades ou les coffee shops bas de gamme  mais on peut tomber sur de très bons spécialistes des traditions anglaises qui revisitent leurs classiques (comme un food truck de la City qui ne sert que des breakfast de 7h30 à 11h avec du bacon et des œufs… de canard) ou des restaurants inspirés des cultures du monde entier (le Lao Café dans une petite rue près de Leicester Square propose, pour 8£50 des plats succulents, épicés à votre goût et copieux pour le déjeuner dans une ambiance cantine calme, de plus on peut agrémenter ça d’un thé glacé rose bonbon, même si son goût était assez chimique).

Amateurs de culture, Londres saura vous combler. Les musées sont innombrables, et certains sont gratuits. On vous en conseille 4. Deux grands : l’immanquable British Museum avec sa grande verrerie à l’entrée puis ensuite ses œuvres égyptiennes fabuleuses (momies, sphynx et pierre de rosette) ou sa salle dédiée aux horloges et aux montres. La folie des grandeurs également dans le labyrinthique Tate Modern, le musée d’art contemporain situé sur la rive sud de la Tamise (l’occasion d’une agréable balade au bord de l’eau de Tower Bridge à la passerelle piétonne). Cette ancienne centrale est vertigineuse, regorge d’œuvres étonnantes et fascinantes et propose en permanence des expositions temporaires de prestige (payantes). Prévoyez beaucoup de temps pour tout voir.

Vaut aussi le coup d’œil : le musée juif du quartier de Camden avec, jusqu’en septembre, une (émouvante mais trop courte) exposition sur Amy Winehouse avec des objets personnels et plusieurs anecdotes autour de la chanteuse disparue en 2011 (sa statue figure d’ailleurs dans ce quartier d’où elle est originaire). Et puis, plus familial, passez donc au Musée des Transports de Londres. L’occasion d’en apprendre plus sur le 1er métro du monde, ou de constater que les fameux bus à impériale n’ont pas toujours été rouges. Vous pourrez aussi vous essayer à la conduite.

Enfin, pour vos soirées, partez à l’aventure pour profiter de l’ambiance musicale de Londres avec souvent plus de 100 concerts officiels (sans compter tous les autres). Dans les grandes salles mythiques, les églises ou les bars, il y en a pour tous les goûts. Un répertoire des événements est disponible ici. Vous tomberez souvent sur des Français (le duo original Agar Agar ou la puissante et magnétique Fishbach pour nous) dans des petits clubs, vous ferez aussi des découvertes jazz ou rock selon les soirées. Sinon, vous pouvez aussi opter pour les comédies musicales et spectacles type Aladin ou Harry Potter (à Soho, quartier de sorties par excellence). Ou les soirées ouvertes aux humoristes à savourer en dégustant un fish & chips si vous maîtrisez bien la langue de Shakespeare.

Olivier COLLET

PS : Vous constaterez que la Touraine n'est jamais bien loin comme avec ce restaurant baptisé... Villandry. On trouve aussi, évidemment, du Ste-Maure-de-Touraine dans le célèbre grand magasin Harrod's qui vaut le détour si vous passez à Hyde Park parce que c'est beau, même si cela reste un temple de la consommation et du luxe. D'ailleurs, dommage que plusieurs marchés de la ville aient perdu de leur authenticité en étant vampirisés par des boutiques de luxe type Chanel... Ca casse tout.